Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
cherchonslehaqq

cherchonslehaqq

Le Coran et la Sounnah selon la Compréhension des Pieux Prédécesseurs

IL N’Y A PAS QUE TOI QUI LE PLEURE MAIS TOUTE UNE NATION !

UN FRÈRE PARMIS LES ÉLÈVES DU SHEIKH IBN AL ‘UTHAYMINE RACONTE QUE PENDANT QU’IL FAISAIT I’TIKAF DANS LA MOSQUÉE AL HARAM DE MEKKA, LES DIX DERNIERS JOURS DU MOIS DE RAMADAN, APRÈS SALÂT LA FAJR, NOUS ASSISTIONS AUX COURS DU SHEIKH AL ‘UTHAYMINE, QU’ALLAH LUI FASSE MISÉRICORDE.

UN DES ÉTUDIANTS PENDANT LE COURS POSA UNE QUESTION AU SHEIKH SUR UNE AFFAIRE AMBIGUË EN DEMANDANT L’OPINION DU SHEIKH IBN BAZ DANS CETTE AFFAIRE.

LE SHEIKH RÉPONDIT À LA QUESTION EN TERMINANT PAR DES ÉLOGES SUR SHEIKH IBN BAZ, QU’ALLAH LEUR FASSE MISÉRICORDE.

ET PENDANT QUE J’ÉCOUTAIS LE COURS, UN HOMME ASSIS À CÔTÉ DE MOI, PAS LOIN DE LA QUARANTAINE, SES YEUX ÉTAIENT EN LARMES, ET SES PLEURENT SE SONT AMPLIFIÉS, JUSQU’À CE QUE TOUS LES ÉTUDIANTS L’AIENT REMARQUÉ.

APRÈS QUE LE SHEIKH EU TERMINÉ SON COURS, ET LES ÉLÈVES DISPERSÉS, JE ME SUIS RAPPROCHÉS DE L’HOMME QUI PLEURAIT, JE L’AI TROUVÉ LE QOUR’AN À LA MAIN, APRÈS LUI AVOIR ADRESSÉ LE SALAM, JE LUI POSAIS LA QUESTION SUIVANTE : “COMMENT VAS-TU MON FRÈRE ? QU’EST CE QUI TE FAIT PLEURER ?” IL M’A RÉPONDU AVEC UNE VOIX BRISÉE : “JAZAKALLAHOU KHAYRA”, JE LUI AI REPOSÉ LA QUESTION : “QU’EST-CE QUI TE FAIT PLEURER OH MON FRÈRE”, IL M’A DIT AVEC UNE VOIX CHAGRINER “RIEN” ! C’EST JUSTE QUE JE ME SUIS SOUVENUE DE NOTRE SHEIKH IBN BAZ ET J’AI PLEURÉ. J’AI COMPRIS DE SON ACCENT QU’IL ÉTAIT SOIT PAKISTANAIS SOIT AFGHAN, AVEC UN HABILLAGE SAOUDIEN; ET LE FRÈRE AJOUTA QU’IL A VÉCU UNE HISTOIRE AVEC SHEIKH IBN BAZ :

IL Y A DIX ANS JE TRAVAILLAIS COMME GARDIEN DANS UNE USINE AL BALQ DANS LA VILLE DE TAIF, J’AI REÇU UNE LETTRE DU PAKISTAN QUI M’INFORME QUE MA MÈRE EST DANS UN ÉTAT CRITIQUE ET QU’IL LUI FAUT UNE GREFFE DE REIN EN URGENCE, L’OPÉRATION COÛTE 7000 RIALS, ET JE N’AVAIS QUE 1000 RIALS DE CÔTÉ, JE N’AI TROUVÉ PERSONNE POUR ME PRÊTER L’ARGENT QUI MANQUE ET L’USINE A REFUSÉ DE ME FAIRE UNE AVANCE, ENTRE TEMPS J’AI REÇU D’AUTRES NOUVELLES COMME QUOI L’ÉTAT DE MA MÈRE SE DÉGRADE ET QUE SI ELLE NE FAIT PAS DE GREFFE DANS UN DÉLAI D’UNE SEMAINE ELLE RISQUE DE MOURIR ! JE PASSAIS MES JOURNÉES À PLEURER, APRÈS SANS SOLUTION DE PERSONNE NI AIDE, J’AI DÛ ÊTRE CONTRAINT DE VOLER LES MAISONS VOISINES À DEUX HEURES DU MATIN.

APRÈS AVOIR SAUTÉ LE MUR D’UNE DES MAISONS VOISINES EN QUELQUES MINUTES LA POLICE M’A ARRÊTÉ, ET JE VOYAIS LA VIE S’OBSCURCIR DEVANT MOI. ET SOUDAIN, UN PEU AVANT LE FAJR, LA POLICE ME RAMÈNE VERS LA MAISON À LAQUELLE J’ALLAIS COMMETTRE UN VOL, ILS M’ONT FAIT RENTRER DANS CETTE MAISON, M’ONT EMMENÉ DANS LE SALON, ET ILS SONT REPARTIS ME LAISSANT SEUL LÀ-BAS.

PUIS UN JEUNE HOMME M’A APPORTÉ À MANGER, EN ME DISANT MANGE, BISMILLAH, JE N’EN CROYAIS PAS MES YEUX! APRÈS ADHAN DE SALÂT AL FAJR, ILS M’ONT INVITÉ À FAIRE MES ABLUTIONS AFIN DE FAIRE LA PRIÈRE, ALORS QUE J’ÉTAIS TERRORISÉ DE CE QUI M’ATTENDAIS. SOUDAIN, UN HOMME ÂGÉ GUIDÉ PAR UN JEUNE HOMME RENTRE DANS LE SALON, VÊTU D’UNE CAPE, IL A PRIS MA MAIN POUR ME SALUER EN ME DISANT : “AS-TU MANGÉ ?”, JE LUI RÉPONDIS QUE OUI ! EN ME PRENANT PAR LA MAIN IL M’EMMENA FAIRE LA PRIÈRE DE SALÂT LA FAJR AVEC LUI.

APRÈS LA PRIÈRE, J’AI VU CETTE PERSONNE ÂGÉE, S’ASSOIR SUR UN FAUTEUIL, ET LES JEUNES SE PRÉCIPITENT POUR S’ASSOIR AUPRÈS DE LUI.
 IL A COMMENCÉ À PARLER ET À RÉPONDRE AUX QUESTIONS, ET C’EST À CE MOMENT-LÀ QUE J’AI PRIS MA TÊTE ET J’AI RESSENTI UNE PEUR ET UNE HONTE IMMENSE ET LÀ JE M’EXCLAMAIS : “OH ALLAH !! QU’EST-CE QUE J’AI FAIT !?” J’ALLAIS VOLER LA MAISON DU SHEIKH IBN BAZ QUE JE NE CONNAISSAIS QUE DE NOM, CAR IL EST TRÈS CONNU AU PAKISTAN.

QUAND LE SHEIKH EU TERMINÉ SON COURS, ILS M’ONT PRIS AVEC EUX AU CHEMIN DU RETOUR, SHEIKH IBN BAZ À PRIS MA MAIN, ET NOUS AVONS PRIS LE PETIT DÉJEUNER ENSEMBLE ACCOMPAGNÉ DE BEAUCOUP DE JEUNES. LE SHEIKH ME MÎT À CÔTÉ DE LUI ET PENDANT LE REPAS, IL M’A DIT TU T’APPELLES COMMENT? J’AI RÉPONDU MOURTADA !

IL M’A DIT POURQUOI VOULAIS-TU VOLER ? ALORS JE LUI AI RACONTÉ L’HISTOIRE DE LA MÈRE, ET IL M’A DIT TRÈS BIEN ! JE TE DONNE 9000 RIALS ALORS JE LUI DIS QUE JE N’AI BESOIN QUE DE 7000 RIALS, ET LÀ IL ME DIT LE RESTE TU LE GARDES POUR TOI, ET NE VOLE PAS MON GARÇON, J’AI PRIS L’ARGENT ET JE LUI AI ADRESSÉ BEAUCOUP DE DOU’AA, ET JE SUIS ALLÉ AU PAKISTAN POUR L’OPÉRATION DE MA MÈRE. ET AL HAMDOULILLAH, L’OPÉRATION S’EST TRÈS BIEN PASSÉE. APRÈS CINQ MOIS, JE SUIS REVENU EN ARABIE SAOUDITE, JE SUIS PARTI À RIYAD POUR CHERCHER SHEIKH IBN BAZ ET JE SUIS PARTI CHEZ LUI, JE ME SUIS PRÉSENTÉ, ET IL S’EST SOUVENUE DE MOI. IL M’A DEMANDÉ COMMENT ALLAIT MA MÈRE, PUIS JE LUI AI RENDU 1500 RIYALS IL M’A DIT “C’EST POURQUOI ?” “C’EST LE RESTE” ET LÀ IL M’A DIT “GARDE LES ILS SONT POUR TOI”. ENSUITE, JE LUI DIS SHEIKH, “J’AI UNE FAVEUR À VOUS DEMANDER”, IL M’A DIT “PARLE MON FILS !” JE VEUX TRAVAILLER POUR TOI, OUVRIER, SERVEUR, N’IMPORTE QUOI, MAIS JE T’EN SUPPLIE OH SHEIKH! NE REFUSE PAS QU’ALLAH TE PRÉSERVE ! IL M’A DIT TRÈS BIEN, D’ACCORD, ET APRÈS J’AI COMMENCÉ À TRAVAILLER CHEZ SHEIKH IBN BAZ RAHIMAHOUALLAH JUSQU’À SA MORT.

UN DES FRÈRES ÉTUDIANT PROCHE DU SHEIKH – QU’ALLAH LUI FASSE MISÉRICORDE – , M’A PARLÉ DE MON HISTOIRE : ” TU SAIS QUE LE JOUR OÙ TU AS SAUTÉ LE MUR DE LA MAISON, LE SHEIKH ÉTÉ EN TRAIN DE PRIER ET IL A ENTENDU UN BRUIT DANS LE JARDIN ET À APPUYER SUR UNE SONNETTE D’ALARME QU’IL UTILISE UNIQUEMENT POUR RÉVEILLER SA FAMILLE POUR LES PRIÈRES OBLIGATOIRES, ILS SE SONT TOUS RÉVEILLÉS ÉTONNÉS  DE VOIR QUE CE N’ÉTAIT PAS ENCORE L’HEURE DE LA PRIÈRE. IL LEUR A DIT QU’IL AVAIT ENTENDU UN BRUIT DANS LE JARDIN, ENSUITE IL A PRÉVENU LE GARDIEN, QUI A SON TOUR À PRÉVENU LA POLICE, QUI SONT ARRIVÉS RAPIDEMENT ET QUAND LE SHEIKH A SU CE QUI S’ÉTAIT PASSÉ, ET QU’IL S’AGISSAIT D’UN VOLEUR, ET QUE LA POLICE L’A ARRÊTÉ, SHEIKH S’EST MIS EN COLÈRE, NON ! NON !NON ! RAMENEZ LE DU CENTRE DE POLICE ! S’IL VOULAIT VOLER C’EST QU’IL ÉTAIT DANS LE BESOIN, ET APRÈS IL M’A RACONTÉ LA SUITE DE L’HISTOIRE.”

ET JE LUI DIS PENDANT QUE LE SOLEIL SE LEVAIT, REPRENDS TOI, IL N’Y A PAS QUE TOI QUI LE PLEURE MAIS TOUTE UNE NATION !
 SOURCE : AKHLAQ ‘OULAMA AL ISLAM

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :